Entrepreneuriat & Leadership

CETTE IDENTITÉ QUI RÉVÈLE VOTRE LEADERSHIP

By  | 

Chaque homme a une identité, une richesse à révéler aux yeux du monde. Mais détrompez-vous, loin d’être matériel, cette richesse est plutôt  émotionnelle. Ce genre de richesse se matérialise par une volonté de fer et une foi inébranlable en un rêve. Peu importe ce qu’on pourrait bien nous chanter de négatif à propos de ce rêve qu’on cultive soigneusement dans notre cœur, peu importe la folie de ce rêve, peu importe la peur de le réaliser, ceci ne serait-il pas le signe d’un grand rêve ?

 

 « Ce qui embellit le désert, c’est qu’il cache un puits quelque part. » affirmait Antoine de Saint-Exupéry.

En réalité, nous avons tous une force avec laquelle nous naissons.  Nous avons tous été avantagés par la nature qui dans sa grande générosité et son profond esprit de justice, nous a pourvus de don, de talent et de qualité innés qui diffèrent d’une personne à une autre. Nous avons tous une particularité, un savoir-faire, une capacité naturelle, une position à défendre, une aptitude exceptionnelle. Un puits qui, exploité, fait immédiatement braquer le regard des projecteurs sur nous. Et cela, sans qu’on ne fournisse de gros efforts. D’ailleurs, il est souvent arrivé que dans notre enfance, nous l’ayons manifesté quelque part lors d’un évènement où nous avons certainement impressionné deux ou trois personnes voire un public entier.

C’est le cas d’une célébrité de la musique classique, Wolfgang Amadeus Mozart, qui dès l’âge de trois ans commence à révéler des dons prodigieux pour la musique. Il est dit qu’il a une oreille absolue et possède une mémoire eidétique ou mémoire photographique. Le don de la musique est tellement attaché à son âme, qu’a l’âge de cinq ans, ne sachant ni lire ni écrire, il arrivait à déchiffrer des partitions et jouer en mesure.

Dans le monde du sport, Lionel Messi, est considéré aujourd’hui comme une figure emblématique du football. Il commençait déjà à l’âge de quatre ans à manifester des prouesses, qui laissaient son père dans une telle sidération que celui-ci déclarait, ces propos fortement révélateurs: « dès qu’il jouait sur un terrain ou dans la rue, il n’était plus le même. A la maison, il ne parlait pas, mais ballon au pied on aurait dit qu’il chantait. »

Il importe de savoir que notre talent, notre don ou notre passion, notre identité constitue en réalité notre LEADERSHIP.

Mère Teresa, était depuis sa naissance, ce leader au grand cœur que nous avons tous connu aujourd’hui et pour qui nous continuons d’éprouver une admiration  profonde. Tout ce qu’elle a fait était de manifester ce qu’elle était véritablement. Peu importe les obstacles qui l’incitaient à capituler. Elle s’y est adonnée à cœur joie jusqu’à ce que son dernier souffle lui soit repris. On dira qu’elle est née pour une cause. Elle a vécu et est morte pour cette cause.

Disons-nous par exemple que si Martin Luther King a pu voir son rêve se réaliser un jour, le nôtre également est sur le point de l’être. Disons-nous avec une ferveur hystérique que si Steve Jobs avait réussi à accoucher le Macintosh malgré tant d’échec surmonté, nous aussi, mettrons au monde cet inestimable joyau hébergé dans nos entrailles depuis notre naissance. Disons-nous combien de fois nous sommes riches en valeur, riche en vertu, riche matériellement, riche en beauté, riche en créativité, riche d’une richesse inépuisable.

 

« Nous participons tous à la création ; nous sommes tous des rois, poètes, musiciens ; il n’est que de s’ouvrir comme un lotus pour découvrir ce qui est en nous » Henry Miller

By Pape Omar

 

 

Commentaires

commentaires

5 Comments

  1. Pingback: De L’ANONYMAT à la GLOIRE: 5 conseils à suivre - S'inspirer

  2. Edwardo Oczon

    14 mars 2016 at 0 h 49 min

    Dans les deux cas, on note que chaque organisation recrute son personnel dans un espace social précis, ce qui laisse penser qu’il y a adéquation entre les différentes formes de leadership pratiquées et la culture du personnel. D’un côté, dans l’entreprise de type ethno-familial, le manager tient lieu de chef de famille et les employés lui obéissent comme les enfants d’une famille. Le référent paternaliste se substitue presque entièrement aux règles salariales et le fait que les employés soient de la même famille que le leader facilite la pratique de ce type de leadership. De l’autre côté, la pratique du management de type démocratique est également facilitée par le caractère plutôt « cultivé » des employés qui ont eu l’occasion d’acquérir et d’intégrer les valeurs de l’école occidentale. De plus ils ont été recrutés non pas pour leur appartenance ethnique mais plutôt pour les compétences valorisées dans l’organisation et dans le cursus académique qu’ils on suivi.

  3. Kelkouma Abaye

    28 février 2016 at 11 h 15 min

    La vidéo de fin est très profonde et résume entièrement la portée de cette article!!!

    Merci!!!

    • Kelkouma Abaye

      28 février 2016 at 11 h 16 min

      “”””Cet article””

  4. Glaba Faousilla Marie-Laure

    26 février 2016 at 0 h 09 min

    Brillant article ! Cette intervention est l’oeuvre d’un travail tout simplement bien élaboré. J’espère retrouver un autre article du même auteur, aussi énergisant qu’instructif, très bientôt. Votre Fan ? !
    Bravo, bravo …